Ouija

   

Los Angeles, 1967. Alice Zander (Elizabeth Reaser) élève seule ses deux lles depuis que son mari a été tué. Elle décide de monter une arnaque en ayant recours à une planche de Ouija pour pimenter son commerce de séances occultes bidon et captiver ses clients. Mais elle s’aperçoit qu’elle a fait involontairement entrer chez elle un esprit malé que. Lorsque sa fille cadette est possédée par la créature impitoyable, la petite famille doit surmonter une terreur dévastatrice pour la sauver et renvoyer l’esprit de l’autre côté…

Sortie dans les salles le 2 novembre 2016

Un film de Mike Flanagan
Avec Henry Thomas, Elizabeth Reaser, Doug Jones,
Parker Mack, Sam Anderson, Kate Siegel,
Annalise Basso, Lulu Wilson

L’histoire de la planche Ouija est aussi mystérieuse que le jeu lui-même…

Différents instruments ont été mis au point au milieu du XIXe siècle pour communiquer avec les morts. Tirant parti de cette nouvelle mode, l’entrepreneur Charles Kennard et l’avocat Elijah Bond ont créé la « Kennard Novelty Company » pour fabriquer et vendre des « planches parlantes ».

La légende raconte que les fondateurs eux- mêmes ont consulté la planche pour savoir comment la baptiser et qu’elle a répondu « O-U- I-J-A » en épelant chaque lettre. Quand ils lui ont demandé ce que cela signifait, la réponse a été « B-O-N-N-E-C-H-A-N-C-E ».

Kennard et Bond ont quitté l’entreprise au début du XXe siècle et William Fuld, l’un des tout premiersemployésetactionnaires,aprislasuite et continué à produire des planches Ouija. Le jeu est devenu de plus en plus populaire si bien qu’en 1921 le célèbre artiste Norman Rockwell a dessiné un couple avec une planche de Ouija sur leurs genoux pour la couverture du Saturday Evening Post.

Après la mort de Fuld en 1927, ses enfants ont poursuivi la production du jeu jusqu’en 1966: c’est alors que la famille Fuld a cédé le capital à la société des « Frères Parker » qui a alors lancé la fabrication du jeu tel qu’on le connaît aujourd’hui. En 1991, Hasbro a racheté l’entreprise et continue depuis de proposer le jeu aux nouvelles générations avides de découvrir le mystère de la « planche parlante».