Michael Jackson, The Immortal World Tour

   

Le spectacle du Cirque du Soleil actuellement en tournée en Amérique du Nord est un hommage extraordinaire à Michael Jackson.

Inspiré de la musique et des paroles de Michael Jackson, The Immortal World Tour veut transposer sur scène la puissance extraordinaire et l’intensité émotionnelle des concerts inoubliables du Roi de la pop.

« Tout découle de la musique, explique le metteur en scène Jamie King. La voix de Michael est le fil conducteur du spectacle. J’ai eu l’occasion inouïe de perpétuer l’héritage de Michael, de focaliser son énergie immense – tout ce qu’il était et allait devenir – dans cette production. »

De la vingtaine de saltimbanques qui le constituaient à ses débuts en 1984, le Cirque du Soleil est une entreprise québécoise de divertissement artistique de haute qualité qui compte 5 000 employés, dont plus de 1 300 artistes, provenant de près d’une cinquantaine de pays différents.
Le Cirque du Soleil a entraîné dans son rêve plus de 100 millions de spectateurs, dans plus de trois cents villes réparties sur six continents. L’entreprise a établi son siège social international à Montréal.

Pour façonner l’essentielle composante de la musique du spectacle, le metteur en scène Jamie King a fait appel au concepteur musical Kevin Antunes, qui a eu un accès sans précédent aux enregistrements originaux, et au directeur musical Greg Phillinganes, qui a travaillé avec Michael pendant plus de 25 ans. Grâce à ce duo, l’équipe acquérait une connaissance approfondie de la musique et des concerts de Michael Jackson. « Nous ne souhaitions pas faire un spectacle de reprises des chansons de Michael, raconte le metteur en scène, notre objectif était plutôt de pousser sa musique encore plus loin ». Jamie King a voulu incorporer le plus grand nombre de chansons possible dans le spectacle de 90 minutes. Il faillait donc procéder à des couplages, à des remixages et à des arrangements inédits dans lesquels les chansons s’imbriqueraient les unes dans les autres, le but étant de donner un souffle nouveau à la musique tout en respectant la voix de Michael et l’essence de son œuvre.

LA VOIX DE MICHAEL, LE MOTEUR DU SPECTACLE

La voix de Michael Jackson donne son impulsion à toute la production. « Dans certaines chansons, explique Kevin Antunes, Michael laissait prédominer la musique, il la laissait prendre le dessus sur sa voix. Dans THE IMMORTAL, le public entendra sa voix comme jamais auparavant. »

DES MUSICIENS HORS PAIR POUR POTER LA MUSIQUE DE MICHAEL JACKSON

Pour mettre en valeur la voix de Michael et appuyer l’imposante distribution du spectacle, le directeur musical Greg Phillinganes a rassemblé un groupe de musiciens extraordinaires, dont Jonathan « Sugarfoot » Moffett, le batteur de Michael    Jackson    pendant    30    années.    « Je    tenais    à    choisir    moi-même    les musiciens, explique le directeur musical. Je savais précisément quels musiciens ilme fallait. Nous avons un orchestre complet, y compris des vents et un violoncelle électrique. Je voulais, dans la mesure du possible, des musiciens qui ont côtoyé Michael personnellement ou qui l’ont connu. Nous sommes ici par amour pour lui. Les spectateurs ressentiront sa présence sur scène. »

GROS PLAN SUR LA MUSIQUE

• THE IMMORTAL World Tour compte 32 chansons de Michael Jackson, sans compter les nombreux segments de chansons qui ont servi aux transitions et aux divers paysages sonores.
• Le concepteur musical Kevin Antunes a cherché à créer une expérience auditive d’une grande intimité. Dans certaines séquences, on peut même entendre Michael claquer des doigts et taper du pied au rythme de la musique.
• En introduction à la chanson Ben, on a recréé l’environnement sonore d’une forêt pluviale enrichi de toutes sortes de sons d’animaux et d’instruments d’origine asiatique tels que les tambours taïko.
• Durant la scène Dancing Machine, des effets sonores cinématographiques ont été créés pour intégrer la musique aux performances acrobatiques.
• Plutôt que d’entendre les instruments à cordes de Childhood en mode stéréophonique normal, le spectateur aura l’impression que l’orchestre se déploie et découvrira cette chanson sous une nouvelle dimension.
• La phrase « Cause we’re all the same! » que Michael prononce dans Can You Feel It a été  intercalée entre les refrains de Black or White.
• La chanson They Don’t Care About Us compte une partie chorale inédite que Michael a enregistrée.
• Au début de Dangerous, on a intégré la voix de Naiomi Campbell ainsi que des éléments de la chanson In the Closet.
• Dans la portion Book of Tales du tableau Scary, la menaçante voix hors champ est celle de Kevin Antunes.
• La chanson Ease on Down the Road tirée du film The Wiz a été rajoutée à la musique d’un des numéros des fanatiques.

SCÈNE

Transposés dans le langage théâtral et acrobatique du Cirque du Soleil, la musique et les messages de Michael Jackson prennent vie sur scène.

Childhood
Devant les portes dorées de Neverland, le Mime ranime les statues de bronze qui habitent ce lieu magique.

Wanna Be Starting Something
Dans un numéro électrisant, danseurs et acrobates en costumes aux allures tribales montent et descendent de l’arbre puis s’élancent sur scène.

This Place Hotel
Suspendus dans les airs, des artistes exécutent un sensuel tango aérien comme s’ils étaient dans une boîte de nuit antigravité.

Smooth Criminal
D’agiles danseurs proposent une chorégraphie reprenant la gestuelle légendaire de Michael Jackson dont sa fameuse position inclinée vers l’avant.

Dancing Machine
Dans un tableau évoquant une usine de métallurgie, un groupe de soudeurs volent et se balancent sur des câbles motorisés. Leur numéro, exécuté sur des « machines à danser », rend hommage à différents styles de danse.

Ben
Ce tableau souligne l’amour de Michael pour les animaux.

Dangerous
Entourée    de    gangsters,    une    artiste    (pole-dancer)    réalise    un    « dangereux » numéro à la barre verticale.

Fanatics Medley
Devant l’entrée de Neverland, les fanatiques rivalisent entre eux en faisant du lipsync et en dansant au rythme d’un pot-pourri des Jackson 5. Ils se méritent ainsi l’accès à Neverland.

Mime
Soudainement habité par l’esprit de Michael Jackson et doté de ses talents, le Mime se métamorphose et se livre à un impressionnant numéro de beatbox (percussion vocale).

Human Nature
Tandis qu’une version en 3D du logo de Neverland (le jeune Michael assis sur un croissant de lune) est suspendue au-dessus de la scène, des artistes personnifiant des constellations volent, s’élancent et flottent dans les airs vêtus de costumes DEL multicolores.

Bats – Threatened
D’abord suspendus à l’envers, des artistes vêtus d’impressionnants costumes de chauve-souris proposent une chorégraphie saisissante.

Scary Story – Is It Scary
Aussi jolie qu’elle est étrange, une contorsionniste émerge d’un livre de contes géant; elle tourne les pages en prenant des positions pour le moins insolites.

Swans – I Just Can’t Stop Loving You
Incarnant un cygne noir et un cygne blanc, deux artistes émergent d’un lac pour exécuter un gracieux duo de courroies.

Thriller
Ce tableau est une version renouvelée de la chorégraphie originale de Michael Jackson pour Thriller mettant de l’avant sa gestuelle légendaire. Des acrobates vêtus comme des momies exécutent un numéro de parkour à travers les branches, les racines, les cercueils et les pierres tombales dans une suite ininterrompue de sauts, de bonds et de rebonds.

Jam
Dans un numéro inspiré de la vidéo que Michael Jackson a tournée avec la vedette du basket-ball Michael Jordan, des artistes jouent avec des ballons et exécutent une chorégraphie teintée de hip-hop.

Fanatics – Shake Your Body Down to the Ground
Dans une atmosphère enjouée, cinq « fanatiques » prennent des spectateurs en photo, sautent sur la scène et dansent au rythme de la musique qui déferle d’un juke-box. Lorsqu’il arrivent devant le portail de Neverland, ils voudraient bien y entrer, mais les portent restent closes.

Scream
Des acrobates proposent un numéro de tumbling parfaitement synchronisé en s’élançant dans les airs et en atterrissant à plat ventre sur la scène. Simultanément, des danseurs ninja suspendus interagissent avec les images de japanimation projetées sur les écrans. Ce tableau évoque la destruction du monde : l’arbre a pris feu et la planète est en péril.

Beat It
Habités par les fanatiques, les célèbres accessoires de Michael Jackson – le chapeau « fedora », le gant et les « penny loafers » – s’animent. Une guitare et un violoncelle électriques se livrent ensuite, au centre de la scène, à un chaud duel aux effluves de rock.

Gone Too Soon
Au rythme de la balade Gone Too Soon, des images de carrousel projetées sur les écrans accompagnent le Mime qui berce doucement quatre sculptures métalliques en forme de têtes d’animaux dans lesquelles des artistes sont blottis.

Earth Song
Plongé dans une atmosphère menaçante, le Mime s’emmêle dans l’arbre qui s’est inversé.

They Don’t Care About Us
Cette scène est une percutante reconstitution d’un numéro spécialement conçu pour la tournée THIS IS IT. Des soldats à l’allure de robots dont les plastrons sont luminescents, offrent une puissante chorégraphie à l’unisson.

Heal the World – Will You Be There
Dans une scène qui évoque la renaissance, les plastrons des soldats s’illuminent et des artistes arrivent sur scène en tenant des cœurs incandescents pour invoquer l’esprit de Michael au moment où celui-ci apparaît en projection sur l’arbre.

Mega Mix – Can You Feel It/Don’t Stop Till You Get Enough/Billie Jean/Black or White
Cette séquence mêle musique, danse et acrobaties. Can You Feel It : des artistes réalisent un numéro de cerceaux suisses en évoluant des airs à la scène. S’ensuit une enlevante chorégraphie durant la chanson Don’t Stop Till You Get Enough; Billie Jean : la célèbre gestuelle de Michael Jackson est mise à nouveau de l’avant, les costumes DEL des danseurs révélant en lumière la silhouette de Michael. Black or White : des artistes manient des drapeaux dans un hommage aux nations et aux styles de danse du monde, dont les danses africaines, espagnoles, thaïlandaises et géorgiennes.

Man In the Mirror
Le spectacle se termine avec la chanson Man in the Mirror, un titre que Michael choisissait souvent pour clore ses spectacles. Ce tableau célèbre l’héritage immense d’un immortel.

SCÉNOGRAPHIE

THE IMMORTAL World Tour plonge le spectateur dans un monde imaginaire inspiré du domaine Neverland de Michael Jackson. Une fois derrière le portail doré, le public découvre le « Giving Tree », une représentation du grand chêne dans lequel Michael se réfugiait pour trouver l’inspiration et écrire ses chansons et poèmes.

Un lieu évocateur

Neverland est aussi l’endroit où se sont réunis pour la première fois les membres de l’équipe de création du spectacle. « Je me souviens de ma visite à Neverland en compagnie des membres de l’équipe durant laquelle nous avons rencontré les employés du domaine qui sont demeurés fidèles à Michael, explique le metteur en scène Jamie King. Lorsque j’ai revu le grand chêne dans lequel Michael a composé, entre autres, les chansons de la tournée Dangerous à  laquelle j’ai participé en tant que danseur, j’ai tout de suite senti que j’étais à ma place comme metteur en scène de ce spectacle. » Dès le départ, le « Giving    Tree » a été choisi comme élément scénique principal et point d’ancrage de la production.

Le scénographe Mark Fisher a conçu un arbre qui n’est pas une réplique de l’original; cette structure aux personnalités multiples se transforme au fil du spectacle. Cet arbre est articulé et peut se morceler en fonction des tableaux. Il se déploie en un système de racines dans la scène Thriller et devient même objet technique vers la fin du spectacle. À la fois métaphore et pierre angulaire de l’environnement scénique, le « Giving Tree » crée un monde symbolique où la mémoire de Michael peut prendre racine.

« Concevoir un concert rock sans une vedette en chair et en os constitue un défi, affirme Mark Fisher. Dans le cas du spectacle THE IMMORTAL, la scénographie prend un tout autre sens, car les éléments scénographiques doivent donner corps à l’ombre, en quelque sorte, de manière à évoquer la présence de l’artiste. »

Quand les accessoires font partie prenante du récit

Le concepteur des accessoires et des éléments scéniques Michael Curry, qui a fait partie de l’équipe de création de la tournée THIS IS IT, a créé des accessoires scéniques qui sont en fait des éléments narratifs. Par exemple, un énorme livre de contes et un arbre inversé servent d’appareils acrobatiques. Le gant, le chapeau et les souliers fétiches de Michael deviennent des accessoires géants habités par des artistes. Michael Curry a voulu puiser dans les souvenirs de Michael – réveiller la mémoire de ses fans –, tout en focalisant l’attention du public sur la performance. Une grande partie des accessoires s’inspirent des chansons et s’intègrent à la trame du récit.

Les projections – À l’image de Michael

En plus de ponctuer le récit, les projections du spectacle THE IMMORTAL World Tour contribuent à rendre la présence de Michael plus tangible. Le concepteur des images Olivier Goulet a incorporé, entre autres, des séquences tirées des concerts de Michael Jackson ainsi que des projections en direct de la performance qui se déroule sur scène.

GROS PLAN SUR LA SCENOGRAPHIE

• La scène polyvalente hautement technique compte de nombreux monte- charge pour faciliter les changements de décors. D’abord à plat, l’énorme écran à diodes électroluminescentes (DEL) multifonctionnel se redresse pour servir de surface de projection; l’écran se transforme ensuite en passerelle munie de DEL, puis entoure l’arbre pour former une rampe inclinée. En son centre, la scène est dotée d’énormes tiroirs sur lesquels les artistes évoluent durant leurs numéros.
• La scène (ou piste) qui avance dans la salle est équipée d’un convoyeur, d’un monte-charge et d’un écran vidéo.
• L’arbre mesure 12 m et pèse 5 500 kg.
• Les éléphants mesurent 2 m et pèsent 9 kgs chacun. Ils sont manipulés par deux artistes et sont inspirés de Baba et de Gypsy, les deux éléphants que Michael a reçus en cadeau d’Elizabeth Taylor.
• D’une longueur de 2,4 m et fabriqués de mousse orthopédique recouverte d’une pellicule de vinyle, les chaussures géantes font directement allusion aux célèbres penny loafers de Michael Jakcson.
• L’énorme chapeau, qui peut abriter deux artistes, est fabriqué de manière à imiter la souplesse d’un vrai chapeau fedora.
• Le gant surdimensionné est une sculpture souple permettant aux danseurs logés à l’intérieur de simuler divers mouvements de main avec tout leur corps. Ultraléger, le gant mesure 1,8 m.
• L’écran translucide est doté de quatre projecteurs 20K; la piste qui avance dans la salle compte quatre projecteurs 10K et deux projecteurs 20K; l’arbre, quantà lui, est muni de deux projecteurs 10K.
• Les surfaces de projection totalisent 500 m2.
• La représentation du jeune Michael à l’intérieur d’une montgolfière est une marionnette dite animatronique (animée à l’aide de systèmes électromécaniques). Elle s’inspire du visage de Michael à l’âge de six ans.
• La montgolfière et tout son équipement ne pèsent que 4 ksg. Elle peut s’envoler à l’aide d’un dispositif de ballon à l’hélium muni de ventilateurs de direction. Le tout est télécommandé par un technicien au sol.
• Il a fallu plus de 9 000 heures pour confectionner les accessoires et les marionnettes.