Juliette Gréco, l’insoumise

   

Juliette Gréco nous procure un immense plaisir en revenant sous les feux de la rampe avec un livre “Je suis faite comme ça” et un album “Ça se traverse et c’est beau”. Le livre est une autobiographie ou Juliette revient sur les rencontres qui ont marqué sa vie personnelle et professionnelle parmi les grandes personnalités de son époque, ses souvenirs au Flore, ses premières chansons, les voyages et les tournages, Elle évoque également de l’enfant secrète qu’elle était, son emprisonnement à seize ans, sa jeunesse pendant la guerre et la déportation de sa famille. Dans cet ouvrage on découvre notamment ce qu’elle appelle le rituel d’avant-spectacle; le même tout au long de sa carrière et l’on rentre alors avec fascination dans l’intimité de cette grande dame, icone de la jeunesse d’après-guerre a Saint Germain des prés et star de la chanson française. Pourtant, malgré un parcours exceptionnel, Juliette n’a pas la nostalgie car elle a gardé comme dans un coffre fort à l’ intérieur d’elle même tous ses souvenirs. Juliette Gréco a déclaré dans Le journal du dimanche: “C’est un mot très poétique, la nostalgie. Mais j’ai un grand appétit de la minute d’après. Des êtres chers me manquent… Il existe deux morts. La mort physique, irréparable. Et puis, il y a l’oubli. Et ça, c’est la vraie mort. J’ai donc une délectation certaine à chanter les mots de ceux partis je ne sais où : Sartre, Prévert, Ferré, Brel, Gainsbourg… Quand je les chante, je suis avec eux, je les vois. Ils sont là”.

De son album “Ça se traverse et c’est beau” Juliette dit « C’est un objet très bizarre. Mais, évidemment, il ne fallait pas qu’ils s’attendent à un disque classique. » Tout est parti d’une idée: « pourquoi ne pas faire un disque sur Paris ? » Mais Juliette qui porte sur elle l’empreinte de la ville lumière n’y tenait pas vraiment et suggère « Pourquoi ne pas faire une chanson sur les ponts Les ponts permettent d’aller de l’un à l’autre. Il faut des ponts pour les rencontres, il faut des ponts pour les séparations. Le pont est poétique, le pont est humain. » Effectivement ce n’est pas un disque classique. Elle qui adore interpréter les chansons des autres et révéler de nouveaux talents aime aussi faire en sorte que les “autres” se rencontrent. Cet album ne déroge pas à la régle. Chanteurs, écrivains, auteurs et créateurs se sont mélangés, tels Marc Lavoine, Philippe Sollers, Féfé, Amélie Nothomb, François Morel, Melody Gardot, Marie Nimier, Jean-Claude Carrière, Gil Goldstein, Christian Escoudé, Gérard Duguet-Grasser, Alexandra Roos et, bien sur, Gérard Jouannest. « Ils ont travaillé comme des anges », dit Juliette Gréco. Et nous, lorsque nous écoutons la voix envoutante de Juliette nous goûtons un coin de paradis… Ce qui correspond tout de même le plus a sa personnalité et la caractérise parfaitement c’est ce qu’a déclaré un jour Louis Nucera « Juliette Gréco est davantage qu’un nom. Un mythe. Dans le cœur des foules d’Orient et d’Occident, elle est la plus grande depuis la disparition de Piaf. Elle a la beauté millénaire des chats et aussi leurs superbes silences peuplés de magie. » Mais laissons le dernier mot à celle qui est “faite comme ça”: « J’ai milité toute ma vie pour la liberté d’action et d’expression. Le droit à la libre parole. Chanter est mon arme, ma façon de défendre la liberté. Je crois à l’importance des mots, à leur pouvoir. » Juliette, toujours une diva. A 85 ans.

Juliette Gréco et Melody Gardot: le duo (version intégrale)

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=FMh7CFSKt8c[/youtube]